Pêche à la ligne Pêche à la palangre Pêche à la traine
Pêche au chalut de fond Pêche au filet droit Techniques de Pêche - Confrérie des Saveurs de l'Océan Atlantique.

Pêche au chalut de fond
 

CHALUT

 Filet remorqué, constitué d’un corps de forme conique, fermé par une poche et prolongé à l’ouverture par des ailes.

Il peut être traîné par un ou deux bateaux et, selon le type, fonctionner au fond ou entre deux eaux (chalut pélagique). Dans certains cas, comme pour le chalutage de la crevette ou de poissons plats, le chalutier peut être gréé spécialement de tangons pour remorquer deux –ou même quatre- chaluts simultanément (gréement double).

 Chalut à cordes

Type de chalut, souvent pélagique mais parfois de fond, dont la partie antérieure et les ailes sont constituées de cordages plus ou moins parallèles reliant la partie du filet aux ralingues d’ouverture.

Chalut combiné

Chalut, généralement de fond et à grande ouverture verticale, dont le dessus est réalisé en maillage plus grand que le dessous.

Cette disposition est adaptée aux différences de comportement entre les espèces strictement de fond et celles vivant à quelque distance de celui-ci ; elle permet de réaliser des captures plus ou moins diversifiées grâce à une grande efficacité et une sélectivité améliorée.

Chalut de fond

Chalut conçu et gréé pour travailler près du fond.

Selon le type utilisé, on distingue les chaluts à faible ouverture verticale, spécialement adaptés à la capture des espèces démersales, comme les chaluts à perche et les chaluts à crevettes, à soles ou à langoustines, et les chaluts à grande ouverture verticale, convenant principalement à la capture des espèces semi-démersales ou pélagiques. Dans le chalut de fond, le bord inférieur de l’ouverture du filet est normalement protégé par un épais bourrelet, lesté de morceaux de chaînes et souvent garni de rondelles de caoutchouc, diabolos, etc.… Il peut être traîné par un ou deux bateaux.

Chalut de fond à panneaux

Chalut de fond remorqué par un seul bateau et dont l’ouverture horizontale est assurée par des panneaux divergents, relativement lourds et munis d’une semelle d’acier prévue pour un contact accentué avec le fond.

Chalut de surface

Chalut pélagique remorqué par deux bateaux, conçu pour fonctionner uniquement dans les eaux superficielles.

Chalut pélagique

Type de chalut, en général beaucoup plus grand que le chalut de fond, conçu et gréé pour fonctionner entre deux eaux, y compris dans les eaux proches de la surface.

Les pièces de la partie antérieure de ce filet sont le plus souvent réalisés en très grandes mailles, ou en cordages, qui rabattent les bancs de poissons vers la partie postérieure du filet. Le contrôle de la profondeur de pêche se fait habituellement au moyen d’un sondeur de corde de dos (netsonde). Il peut être traîné par un ou deux bateaux.

Chalut pélagique à panneaux

Chalut pélagique remorqué par un seul bateau.

L’ouverture horizontale du filet est assurée par des panneaux divergents, en général en forme hydrodynamique et qui, normalement, ne touchent pas le fond. L’ouverture verticale est produite essentiellement par des poids placés devant les pointes d’ailes inférieures.

Chalut sélectif

Chalut conçu spécialement pour capturer certaines espèces de petite taille et permettre l’échappement d’espèces de plus grandes tailles, pour faciliter le tri et protéger une espèce.

La sélection est fondée sur les comportements différents des espèces grâce à une forme particulière du chalut ou au montage d’un dispositif séparateur. Si l’espèce rejetée était de petite taille, la sélectivité du cul suffirait dans la plupart des cas.

Chalut semi-pélagique

Type de chalut conçu et gréé pour fonctionner à une certaine distance au-dessus du fond.

Par rapport au chalut de fond, le chalut semi-pélagique est caractérisé par une partie plus ou moins grande de son gréement qui n’est pas au contact du fond (fourches, panneaux ou bourrelet) de telle sorte qu’il devient parfois possible de faire passer le chalut légèrement au-dessus du fond.

Cul de chalut

Partie la plus en arrière du chalut, en général de forme cylindrique, où s’accumule le poisson.

Le cul de chalut et la rallonge, qui le prolonge constituent la poche.

 

Panneau de chalut

Elément divergent du train de pêche, placé entre la fune et le chalut.

De constitution et de forme variables selon le type de pêche, les panneaux ont une surface et un poids adaptés à la puissance du chalutier. Le gréement d’un chalut comporte habituellement une paire de panneaux qui assurent par leur écartement l’ouverture horizontale du filet.

On distingue deux grands types de panneaux :

- les panneaux de fond, lourds et robustes, le plus souvent à faible allongement vertical, qui sont remorqués au contact du fond,

- les panneaux pélagiques, remorqués en pleine eau et plus légers, dont l’allongement vertical est généralement plus important (panneau hydrodynamique).

Certains gréements, dits à quatre panneaux, comportent une paire supplémentaire de panneaux de plus petite taille, placés à la partie supérieure de l’ouverture du filet.

Panneau en V

Panneau de fond, en général de construction métallique, caractérisé par le dièdre de sa surface qui assure une meilleure stabilité sur les fonds irréguliers et une moindre tendance à tomber à plat.

En contrepartie, son rendement hydrodynamique est légèrement plus faible qu’un panneau rectangulaire plat.

Panneau hydrodynamique

Panneau de chalut à grand allongement vertical et profil creux, employé principalement pour la pêche pélagique.

Des panneaux similaires, mais avec un allongement un peu plus faible et munis d’une semelle renforcée, peuvent être utilisés pour le chalutage de fond. Le type le plus répandu, pour la pêche pélagique, est le panneau Süberkrüb.

Panneau ovale

Panneau à contour ovalisé et de construction mixte, bois et acier, ou tout acier, de forme plane ou cintrée et comportant une ou plusieurs fentes, surtout utilisé sur les fonds durs et irréguliers.

Panneau rectangulaire

Panneau plan, en forme de rectangle dont la longueur est habituellement le double de la hauteur.

De construction mixte, bois et acier, il est caractérisé par la présence de deux branchons triangulaires (parfois un seul branchon maintenu par des chaînes) dont le point de jonction, à la hauteur de tiers avant, sert de fixation à la fune. C’est le panneau classique, encore largement employé, pour le chalutage sur les fonds relativement réguliers.